Olivier Faure

  • C'est à une passionnante enquête au coeur des archives que nous convie Olivier Faure, entre impasses et découvertes, suspense et rebondissements. Il suit le parcours d'un obscur épicier ambulant de la région de Tarare (près de Lyon) qui, au xixe siècle, réussit en leurrant les autorités à obtenir le titre d'officier de santé. Au fil du récit, la personnalité complexe de Jean-Pierre Françon se dessine, imprégnée par la société de l'Ancien Régime (en matière de commerce, d'économie, de rapports sociaux...) et poussée par un caractère fort et une intelligence sociale qui vont lui permettre d'échapper au déterminisme et de s'élever au-dessus de sa condition. C'est également le portrait d'une profession qui se révèle : celle des officiers de santé, qui n'ont pas suivi les études nécessaires pour devenir médecins et parcouraient les campagnes pour apporter les soins qui faisaient défaut à la population, parfois de façon peu orthodoxe ou aux dépens des malades eux-mêmes. Tout comme celui du Pinagot d'Alain Corbin en son temps, le cheminement du Françon d'Olivier Faure vient éclairer l'histoire de France et de son peuple d'une nouvelle lumière, certes ténue mais désormais essentielle.

  • Après avoir démontré avec raison que le grand enfermement évoqué par Michel Foucault n'avait pas existé, les historiens ont quelque peu négligé d'étudier le fantastique développement des prisons, hôpitaux, asiles, pensionnats et séminaires qui couvrent l'Occident chrétien entre le XVIe et le milieu du XXe siècle. Ce livre voudrait d'abord attirer l'attention sur l'importance et la signification historique de ce phénomène. En abordant la question des enfermements, contraints ou volontaires, par l'angle de la religion chrétienne, l'ouvrage veut suggérer, qu'au delà des évidentes différences, il existe bien une matrice commune à toutes ces entreprises. Au-delà des bâtiments, du personnel et des règles de vie, la religion chrétienne fournit ou lègue aussi à ces expériences une dimension utopique. Partout, il s'agissait bien d'établir des laboratoires de perfection d'où sortirait un homme nouveau. Aussi, loin d'être closes, ces institutions ont profondément influencé les comportements et les modes de pensée de tous ceux qui, soumis ou révoltés, les ont fréquentées. Leur disparition brutale est peut-être aussi un facteur essentiel des profondes transformations sociales et culturelles contemporaines.

  • Pour la première fois dans l'histoire de l BD, la politique nous est racontée de l'intérieur par l'un de ses acteurs. Tout commence le 29 mai 2005 quand la France dit non au traité constitutionnel européen. Ce jour-là, la campagne pour la désignation du candidat PS à la présidentielle démarre vraiment. Ce jour-là, Olivier Faure, directeur adjoint du cabinet de François Hollande, se met à "croquer" ses camarades socialistes. De l'irruption de Ségolène Royal à sa victoire devant les militants le 16 novembre 2006, rien ne manque. Entrez dans les coulisses de Solférino et découvrez les clefs de la campagne du PS pour la présidentielle.

  • Si l'idée de créer votre microbrasserie vous est déjà venue à l'esprit, ce livre est fait pour vous. Véritable boîte à outils, il vous accompagnera dans la conception de votre projet et vous permettra de vous poser toutes les bonnes questions en tant que futur entrepreneur brasseur : quelles matières premières privilégier ? Quel matériel sélectionner ? Comment choisir les bons collaborateurs ? Quelles formalités accomplir ? Quelles réglementations suivre ? Comment communiquer ? S'appuyant sur de nombreux témoignages et expériences de brasseurs et professionnels du secteur, ce guide pratique signale les pièges à éviter et apporte conseils et bonnes pratiques pour :

    - Préparer votre lancement

    - Dimensionner votre projet

    - Vous lancer

    - Communiquer pour mieux vendre

  • On croit volontiers que les cliniques privées, qui occupent une place majeure dans le paysage hospitalier français, sont nées après la Seconde Guerre mondiale, uniquement dans le sillage des progrès de la chirurgie. Sans négliger ces questions techniques ni l'essor des « Trente glorieuses », ce livre montre aussi que les cliniques et hôpitaux privés ont une longue histoire dans laquelle les facteurs sociaux et politiques jouent un rôle majeur dans ce qu'il faut bien appeler leur extraordinaire succès. Décrire les cliniques amène forcément à évoquer l'histoire et les politiques hospitalières, celle de la mutualité et des congrégations religieuses et plus largement à revisiter l'histoire politique et parlementaire des IVe et Ve Républiques. Dès la Révolution et pendant tout le XIXe siècle, des établissements privés variés (commerciaux, mutualistes, confessionnels) répondent aux besoins croissants d'hospitalisation que l'hôpital public ne peut, ne veut ou ne sait satisfaire. En 1930, leur rôle est déjà si grand que l'on autorise les assurés sociaux à les fréquenter. Désormais devenues concurrentes des hôpitaux publics, les cliniques accélèrent leur développement, en particulier grâce à une organisation syndicale efficace qui sait se faire entendre des pouvoirs publics. De ce dialogue émerge un compromis original qui voit des entreprises privées de plus en plus étroitement associées à une oeuvre de santé publique.

empty